L'internet devait rompre toute frontière, et il l'a certainement réalisé dans certaines de ses évolutions. Pourtant, nous ne cessons d'être empêtrés dans les carcans du format. Les quatre pages d'un article, les 140 caractères d'un message sur un réseau social, les 180 secondes d'une présentation ou d'une chanson, les 90 minutes d'une oeuvre cinématographique. Nul doute que le contenant supplante toujours le contenu, toujours plus étriqué telle une boite de conserve pour, in fine, le déservir.